Adolescents expatriés

Quand la crise d’adolescence coïncide avec un déménagement à l’étranger, l’appréhension peut être encore plus forte et les tensions peuvent s’accroître.
Comment les parents peuvent-ils faire face ?

Quel que soit l’environnement familial ou social, l’adolescence est toujours un moment difficile. Ainsi, un déménagement, surtout à l’étranger, ne facilite pas vraiment les choses.
Les adolescents expatriés peuvent avoir le sentiment d’être déracinés. Leur identité même est remise en question.

Perte de contrôle

L’expatriation est d’autant plus délicate que les adolescents constatent à cette occasion qu’ils n’ont pas le contrôle de leur vie, puisqu’ils sont « obligés »  de suivre leurs parents. La réaction la plus classique est alors pour eux de se renfermer.
Certains vont avoir des sautes d’humeur, des mouvements de colère, d’autres deviennent amorphes, refusant toute activité nouvelle. Ainsi,ils se rebellent en marquant leur différence.
Mais il est compliqué quand on est dans le rejet de parvenir à adopter les nouveaux codes en vigueur dans le nouveau collège ou lycée. Ceci est pourtant la clé. D’autant plus, qu’en général les adolescents vivent mal la différence, et veulent s’identifier à un groupe.

Que faire ?

Il est important de préparer le départ à l’avance. Cela n’est pas pareil de s’expatrier dans un autre pays occidental ou dans un pays en voie de développement. Il est nécessaire de faire des ponts entre ici et là-bas et de les préparer au choc culturel.
Sur place, il est fondamental que les parents écoutent réellement la tristesse et la nostalgie de leurs adolescents, qu’ils les laissent s’exprimer en leur assurant leur amour et leur compassion. Cela va permettre de faire le deuil de leur vie précédente.
Il est important de ne pas leur promettre pas un retour rapide en France si cela n’est pas envisager. Ils sont assez âgés pour comprendre les raisons du choix de leur parents. Lorsque c’est opportun, les parents peuvent partager leurs difficultés, mais aussi leurs satisfactions, leurs étonnements dans ce nouvel environnement. Il est essentiel de ne pas pas s’enfermer dans le silence. Et il est fondamental de communiquer une forme d’optimisme, si possible bien sûr !
En général, les adolescents utilisent constamment les réseaux sociaux : faites-leur confiance, mais attention aux abus. Il vaux mieux, si c’est possible, favoriser la visite des amis et leur présenter la nouvelle maison, la ville et ses monuments. Ceci peut favoriser le sentiment d’ancrage de l’adolescent.

Cependant, en cas de troubles profonds liés à l’adolescence et/ou au déménagement, il ne faut pas hésiter à se faire aider.

En tout cas, l’expatriation peut être pour les adolescents une occasion de changer, de dépasser d’anciennes souffrances, et de mûrir. Cette expérience unique leur en apprendra beaucoup sur eux-mêmes et sur les autres.

Source : adolescents expatriés

Commentaires fermés.