Les phases de l’expatriation

Au cours d’un grand nombre d’expériences d’expatriation, nous retrouvons 3 phases distinctes.
Pour cela, nous nous appuyons sur les recherches de Materne (1995) qui s’intéresse au vécu de l’expatriation et découpe le séjour d’un travailleur expatrié en trois phases distinctes :

  • La première phase est celle de la découverte, abordée le plus souvent avec enthousiasme, entrain et énergie. Le contact brutal et intense avec la réalité est souvent bien vécu. Cette première phase sera celle du repérage des normes et d’apprentissage permanent.
  • La deuxième étape est marquée par une certaine « désillusion ». Les effets provoqués par la nouveauté vont s’estomper petit à petit, laissant apparaître un décalage entre l’imaginaire projeté lors du départ et les réalités du terrain. Face à des difficultés qui pourront se faire de plus en plus ressentir la personne expatriée devra essayer de retrouver un équilibre face à un décalage entre la situation imaginée et la réalité, interrogeant souvent au passage ses convictions et de ses valeurs personnelles.
  • La troisième phase est celle de l’ « inculturation », définit comme un « processus de contacts et d’interpénétration entre des cultures différentes » (Materne, F. (1995). p. 23). Ramené avec le sentiment de rupture avec son milieu d’origine et au contact avec la nouvelle culture, la personnes expatriée va se construire de « nouvelles références à partir de ses convictions mûries et recentrées par rapport à l’expérience de terrain » (Materne, F. (1995). p. 23)

Source : Phases de l’expatriation