L’expatriation du « conjoint suiveur »

Concernant les expériences d’ expatriations, nous constatons que le conjoint suiveur ou conjoint d’expat est une conjointe dans la grande majorité des cas. En effet, environ 90% de conjoints d’expatriés sont des femmes.
La plupart du temps, le conjoint d’expatrié ne travaille pas. En effet, l’augmentation du pouvoir d’achat qui accompagne fréquemment l’expatriation rend souvent possible cette situation. Le séjour à l’étranger est effectivement souvent l’occasion de changer style de vie.

Renoncement à une situation professionnelle

Lorsque le conjoint a, avant de partir, une vie professionnelle qui l’intéresse et dans laquelle il s’investit, la perspective d’y renoncer pendant plusieurs années n’est pas toujours envisagée avec enthousiasme.

Il peut arriver que le conjoint réussisse à trouver une activité professionnelle à l’étranger. Ce n’est, malgré tout, pas le cas le plus fréquent.
Lorsque le conjoint ne peut pas travailler alors qu’il le souhaiterait, ou bien a un travail qui ne correspond pas à ses aspirations, la situation peut être fort mal vécue. Il est possible qu’il ressente le sentiment de briser sa carrière. Il risque également d’éprouver une frustration intellectuelle et sociale. Le conjoint risque aussi de se sentir dépendant financièrement vis-à-vis de son conjoint. Et, il peut également avoir un sentiment de se « sacrifier » alors que son conjoint voit au contraire sa carrière s’envoler, etc…

Faire de cette période une chance

Heureusement, bon nombre de conjoints parviennent à saisir l’opportunité qui leur est offerte de faire de cette période d’inactivité professionnelle forcée une chance. En effet, ils auront du temps pour se consacrer davantage à leurs enfants, faire du sport, etc… Ils pourront également apprendre la langue du pays, faire du tourisme. Ils pourront aussi développer un réseau social, préparer une reconversion professionnelle, etc…

S’investir au sein d’associations

Les conjoints d’expats sont souvent actifs au sein d’associations d’expats. Ils s’investissent, par exemple, au sein de la FIAFE (Fédération Internationale de Accueils Français et francophones d’Expatriés).
Ils peuvent prendre part également à des associations qui défendent les droits et les intérêts d’une population précise. Nous les retrouvons ainsi au sein de l’AFCA MAE (Association des conjoints des agents du ministère des affaires étrangères ) ou de l’ANFEM (Association nationale des femmes de militaires).
Les conjoints sont également actifs au sein des associations de parents d’élèves, des associations caritatives ou humanitaires…
Bon nombre de conjoints se consacre à une activité bénévole, activité qu’il pourra organiser à sa guise en terme d’horaires et de contraintes .
Le bénévolat permet d’acquérir ou de développer de véritables compétences comme l’organisation d’événements, encadrement d’équipe, relations publiques, gestion de site web…. Ces compétences pourront ensuite être valorisées lors du retour en France.


Source : les défis du « conjoint suiveur »

Commentaires fermés.