La maternité à l’étranger

Prendre la décision d’avoir un bébé

Avant l’arrivée du futur bébé, toutes sortes de questions, d’inquiétudes et d’espoirs vont survenir, et ce, d’autant plus si la maternité se vit à l’étranger.

Notons que la décision d’avoir un bébé répond à des critères personnels d’horloge biologique, d’études, de travail et bien sûr d’amour. Il est essentiel d’être au clair avec ses motifs et ses désirs, l’enfant étant un membre de la famille, le couple étant sa base. En effet, le désir du premier enfant est parfois accentué par le sentiment d’être isolé et il faut donc être vigilant à ce que l’enfant ne naisse pas déjà avec une « mission », celle d’atténuer une solitude ou de consolider le couple

Où faire naître son enfant ?

Une naissance est un événement familial. Nous devenons mère et père non seulement à travers la relation à son enfant, mais aussi à travers le regard des autres.
Certains couples vont ainsi préférer que la naissance ait lieu dans leur pays d’origine et ceci va demander de l’organisation.
Il est donc important de savoir qu’il est plus compliqué pour une femme enceinte de voyager en avion à partir d’une certaine période.
Effectivement, au-delà de la 28ème semaine, la présentation d’un accord médical est habituellement demandé par les compagnies aériennes.

Le suivi de grossesse

Le suivi médical de la grossesse diffère d’un pays à l’autre et les différences culturelles s’immiscent jusque dans la pratique médicale.
Par exemple, le calendrier des rendez-vous mensuels n’est pas universel. Mais, nous pouvons tout à faire demander à suivre le calendrier français. De la même manière, dans certains pays les usagers ne posent pas de questions et il n’est pas naturel pour le personnel soignant et médical de donner des explications ; nous pouvons prendre l’initiative de demander des informations. De même, si aucune séance de préparation à l’accouchement n’est proposée, nous pouvons essayer d’en trouver une à l’aide de la communauté expatriée.

Accoucher à l’étranger

Les rites et habitudes qui accompagnent la naissance fluctuent selon les cultures. L’aménagement des salles de naissance diffèrent et il peut être utile d’en faire la visite auparavant. De la même manière, il peut être instructif de se renseigner sur les habitudes.
Par exemple, dans certains pays, la maternité donne congé le lendemain de la naissance.
De même, dans certains pays, les visites se font au compte goutte. Dans d’autres, c’est l’invasion des familles ; une chambre particulière sera peut être plus adaptée.

La communauté expatriée comme un soutien

Les communautés expatriées proposent des réseaux d’entraide. Elles vont permettent d’apaiser la solitude et le stress des premières semaines. Elles peut être une aide précieuse au moment du ‘’baby blues’’.
Attention, toutefois à ne pas confondre ce temps de ‘’baby blues’’ avec la véritable ‘’dépression post-partum’’, qui s’étend sur plusieurs mois et nécessite impérativement un suivi psychologique, voire parfois un rapatriement en France lorsque le suivi ne peut être assuré sur place.

Sources : La maternité à l’étranger

Commentaires fermés.