Les enfants expatriés

Une expérience d’expatriation en famille sera une expérience pleines de richesses pour les enfants expatriés. Ils en retireront tous un tas de bénéfice comme une ouverture d´esprit, la découverte de nouveaux pays, celle de nouvelles cultures, le développement de leurs capacités d´adaptation, la possibilité d´acquérir une ou plusieurs langues, etc….
Mais ils auront aussi des défis à relever.

Des défis qui fluctuent

Les défis varient selon les situations.
Ils dépendent du type d´expatriation. Est-ce une famille qui s´expatrie pour la première fois ? Est-ce une famille qui change de pays tous les deux, trois ans ? Etc …
Les défis ne seront pas les même en fonction du pays. Le choc culturel sera plus important dans certains pays plutôt que dans d’autres, plus proches de la culture du pays d´origine.
Les défis fluctuent aussi selon l’âge de l’enfant.
Les défis varient si l’enfant a des frères et sœurs avec qui partager cette aventure ou s´il est seul avec ses parents.
Mais les défis dépendent aussi de la personnalité de l’enfant. En effet, chacun réagi différemment
Au final, les défis vont être différents entre deux familles mais aussi entre deux enfants d’une même famille.

S’adapter à son nouvel environnement

Une expatriation commence par le fait de quitter un environnement qui est connu et sécurisant, pour un environnement inconnu. Il s’agit du premier défi.
Déménager signifie beaucoup de choses. Nous quittons un endroit au sein duquel nous avons des souvenirs, où nous avons vécu des choses. Nous quittons des personnes proches : grands-parents, cousins, amis par exemple et nous ne sommes pas toujours sûrs de les revoir rapidement. Tout ceci est un défi important pour l’enfant et il s´accompagne de beaucoup d´émotions. Le défi, pour les parents comme pour les enfant sera d´arriver à gérer ces émotions.
En règle générale, l´enfant n´a pas choisi de partir. Ce sont les parents sont à initiative du projet. Et l’enjeu ne va pas être le même selon l’âge de l’enfant.
En effet, pour un tout petit qui a ses rituels, ses petites habitudes mais qui part avec ses parents, le principal est la cellule familiale. C’est elle qui va lui maintenir sa sécurité, sa base affective et ce, quel que soit l´endroit où il va se trouver.
Par contre, pour un adolescent dont l’identité se construit essentiellement parmi ses pairs, en essayant de prendre un peu d´autonomie vis-à-vis de ses parents, l´expatriation lui fait vivre exactement l´inverse. Elle va la couper de ses pairs au travers desquels il se construit, et le rattacher à ses parents. Il est obligé de suivre, alors qu´il n’en a souvent envie.

Se recréer un réseau de copain

Le défi pour l´enfant, quand il arrive dans un nouvel environnement, c´est de se recréer un réseau de copains, de reconstruire des amitiés. Et, parfois, va se rajouter la barrière de la langue, quand, par exemple, l’enfant arrive dans une école où les enfants ne parlent pas français.

Source: Les défis des enfants expatriés

Commentaires fermés.