Et si je devenais nomade digital ? Opportunités et risques d’un nouveau mode de vie.

La pandémie comme accélérateur d’une tendance de fond

La pandémie de Covid-19 a poussé les entreprises à revoir leurs organisations, tout comme elle a poussé les travailleurs à revoir leur rapport à l’entreprise et à rejeter définitivement le Métro-Boulot-Dodo. En effet, avec l’essor des outils numériques, le concept de « Work From Anywhere » peut s’adapter à de nombreux profils et séduit de plus en plus pour sa flexibilité et ses opportunités. Il traduit l’existence d’un nouveau mode d’organisation du travail plus flexible que le bureau traditionnel. Littéralement, il signifie « travailler de n’importe où », c’est-à-dire pas de bureau, ni d’horaires à respecter. Ce mode de travail offre ainsi la possibilité de travailler où nous voulons et quand nous voulons. Ainsi, un nomade digital est une personne qui travaille à distance, tout en voyageant régulièrement.

De nos jours, les salariés aux emplois stables sont de plus en plus tentés de faire le saut dans ce monde et certains pays sont impatients de les attirer. C’est le cas, par exemple, de Dubaï qui propose un programme d’un an de télétravail. Si ce mode de travail était évident pour de nombreux indépendants, il l’était moins pour les salariés. Mais aujourd’hui nous estimons qu’environ 60% des nomades numériques sont des employés plutôt que des indépendants. Nous pouvons également voir que le travail à distance se démocratise avec la pandémie.

Certains vont plus loin que continuer leur travail à distance. Ils veulent profiter de leur vie « tant qu’ils sont encore en bonne santé ». Pour eux, la routine du chemin du travail n’est plus envisageable et le télétravail est synonyme d’isolement. Ils préfèrent alors tenter une reconversion complète.

Les aspects psychologiques

Un facteur de développement personnel

Le « Work From Anywhere » ou WFA est donc un mode d’organisation du travail qui permet au salarié de choisir son lieu de travail mais également son organisation de travail. En effet, le salarié s’organise comme il le souhaite. Il pourra donc aménager ses horaires selon ce qui est le mieux pour lui. Et cela pourra évoluer en fonction de ses envies. La seule contrainte qu’il a est celle d’avoir accès aux outils digitaux. Tout ceci va procurer au salarié un sentiment d’autonomie. Ses horaires étant flexibles, il pourra ainsi mieux concilier sa vie personnelle et sa vie privé. Le stress « habituel » comme arriver à l’heure au travail, faire garder son enfant malade, aller à un rdv médical, etc… sera réduit. Ainsi, le salarié aura une plus grande liberté ce qui lui permettra de trouver l’environnement propice à son épanouissement. Tout ceci va permettre une meilleure qualité de vie.

Nous voyons donc que le « Work From Anywhere » est un véritable facteur de développement personnel mais il ne faut pas oublier qu’il existe, également, des risques psychologiques.

Les risques psychologiques

Le salarié peut ressentir un isolement physique (lié à l’absence de contacts physiques avec l’environnement de travail et les collègues) et social (lié à l’absence de soutien, de compréhension et des autres aspects sociaux et émotionnels liés aux interactions).
Le salarié peut également ressentir des difficultés à établir une frontière entre sa vie privée et sa vie professionnelle. En effet, les horaires étant plus flexibles, il existe un risque de voir s’estomper la limite entre la vie personnelle et la vie professionnelle. De plus, les lieux de travail et de « détente » empiètent généralement l’un sur l’autre. Ainsi, il y a une réelle difficulté à déconnecter complètement des enjeux professionnels.
Il existe aussi un risque d’augmenter le stress. En effet, le salarié ne pouvant montrer physiquement sa productivité aura tendance à vouloir rester constamment disponible en ligne afin de prouver qu’il est efficace et motivé. Il pourra également avoir tendance à se considérer comme un privilégié ce qui pourra le pousser à vouloir travailler plus pour justifier ce privilège.

Article rédigé en collaboration avec Internationale Santé

Commentaires fermés.