Apport des nouvelles technologies lors d’une expatriation

Les nouvelles technologies numériques offrent aux expatriés beaucoup de possibilités pour maintenir un contact étroit avec leurs proches. Cela leur permet de pouvoir communiquer beaucoup plus facilement.

Selon l’enquête Ipsos réalisée en 2015 « Liens et relations avec la France des Français résidant à l’étranger », 78% des Français établis à l’étranger rentrent en France au moins une fois par an. Entre ces retours estivaux, WhatsApp, Skype, Facebook et Instagram sont devenus les plus fidèles alliés de la communication des expatriés.

« Sans les réseaux sociaux, la séparation avec ce qu’on quittait nous arrivait de plein fouet. (…) observe Audrey Chapot, anthropologue, coach et conférencière. Maintenant, les technologies numériques facilitent la décision de s’expatrier car on sait qu’on ne sera pas ‘coupé du monde’ (…) ».
Depuis une quinzaine d’années, les expatriés ont également trouvé dans les blogs l’opportunité de partager facilement leur quotidien.

 

A chaque situation son niveau de communication

Pour ceux qui partent quelques années, « le port d’attache reste la France et le lien avec celle-ci via toutes les technologies est très important », explique Audrey Chapot.
D’autres testent l’aventure à l’étranger, sans savoir à priori s’ils rentreront en France. Dans ce cas, « les liens entretenus avec la France sont comme des balises, qui vont leur permettre d’en poser de nouvelles et ainsi construire leur expatriation », assure l’anthropologue.
Enfin, certains quittent la France avec un aller simple. Sans couper les ponts, ils prennent plus de distance et établissent des filtres dans leur communication, pour que celle-ci n’empiète pas sur leurs nouvelles rencontres à l’étranger.
Le tempérament des personnes, l’intention de l’expatriation, le modèle de l’expatriation (seul ou avec des enfants) sont autant de facteurs qui détermineront le besoin d’alimenter les liens avec son pays d’origine.

Ambivalence

Le recours aux technologies numériques, en créant une proximité « artificielle » avec son entourage, conduit parfois à des déconvenues.
« Je ne comprends pas, je l’avais si souvent au téléphone et je l’ai retrouvé tellement changé ! » est une phrase qu’Audrey Chapot entend régulièrement. Certaines épreuves, comme des deuils, peuvent lever le voile sur les travers des relations à distance. Ainsi, lâcher-prise va permettre de trouver un équilibre.

Source : Communication des expatriés


Le mal du pays

Une difficulté que nous retrouvons lors d’une expatriation est le mal du pays. En anglais, nous disons « homesickness », ce qui traduit l’idée de la maladie du manque de chez-soi.


Les pensées vont se fixer sur le passé au détriment d’un présent sous-investi.

Nostalgie pour le pays d’origine

Il s’agit d’une nostalgie pour le pays d’origine, pour la culture et pour tout un pan d’une familiarité perdue.
La nostalgie n’est pas le témoin du vrai, mais celui d’une émotion qui fait du bien. L’individu va retrouver dans son passé des repères, une sorte de cartographie de son parcours de vie qui l’emmène jusqu’à ce présent à trous où se sont immiscés des doutes, des manques, de l’inconnu et des incertitudes.

Nous pouvons remarquer que les périodes nostalgiques peuvent apparaître de façon encore plus accrues à certaines périodes sensibles comme les fêtes traditionnelles ou les événements familiaux.
Le repli nostalgique peut atteindre un stade plus préoccupant lorsqu’il devient excessif ou lorsqu’il s’installe dans la durée.

Lien avec l’enfance

La difficulté de s’implanter dans un nouveau pays peut provenir de l’enfance. En effet, si l’enfant n’a pas établi un lien rassurant avec sa mère, il ne peut pas développer un sentiment de sécurité intérieure solide. Toute séparation future devient alors anxiogène, ravivant une angoisse d’abandon et une menace pour l’identité tout entière.

Important de parler de ces difficultés et stratégies mises en place pour aller mieux

Il s’avère que parler de son chagrin provenant du mal du pays est quelque chose de tabou de nos jours.
Cela peut être perçu comme un signe de fragilité émotionnelle, d’immaturité ou même un manque d’ambition. Ainsi, beaucoup vont souffrir en silence.

Il est alors indispensable de mettre en place des stratégies pour lutter contre le mal de pays excessif :

  • renoncer à la vie d’avant : il s’agit de se tourner vers le présent et le futur au lieu de s’enfermer dans les regrets du passé. Avoir un objectif et des projets motive et donne un but.
  • se bâtir une « maison de migrant » : un chez-soi porteur des traces réconfortantes de ses différents lieux de vie comme la présence d’objets souvenirs emblématiques. Il s’agit de créer une continuité entre là-bas et ici, hier et aujourd’hui.
  • maintenir des relations régulières et non excessives avec ses proches restés au pays.
  • maintenir dans son pays d’accueil certaines traditions et coutumes provenant de son pays d’origine : en assumant ce qui participe à notre identité on crée aussi des ponts avec cette nouvelle culture qui nous enrichie et nous fait évoluer.

Le mal du pays est normal et naturel.

C’est une réaction logique au manque qui évoque aussi nos racines. Mais il faut veiller à ne pas s’enfermer dans un trop plein passéiste qui nous empêche d’accueillir la nouveauté et freine notre cheminement vers un enrichissement de soi.

Source : le mal du pays

Les phases de l’expatriation

Au cours d’un grand nombre d’expériences d’expatriation, nous retrouvons 3 phases distinctes.
Pour cela, nous nous appuyons sur les recherches de Materne (1995) qui s’intéresse au vécu de l’expatriation et découpe le séjour d’un travailleur expatrié en trois phases distinctes :

  • La première phase est celle de la découverte, abordée le plus souvent avec enthousiasme, entrain et énergie. Le contact brutal et intense avec la réalité est souvent bien vécu. Cette première phase sera celle du repérage des normes et d’apprentissage permanent.
  • La deuxième étape est marquée par une certaine « désillusion ». Les effets provoqués par la nouveauté vont s’estomper petit à petit, laissant apparaître un décalage entre l’imaginaire projeté lors du départ et les réalités du terrain. Face à des difficultés qui pourront se faire de plus en plus ressentir la personne expatriée devra essayer de retrouver un équilibre face à un décalage entre la situation imaginée et la réalité, interrogeant souvent au passage ses convictions et de ses valeurs personnelles.
  • La troisième phase est celle de l’ « inculturation », définit comme un « processus de contacts et d’interpénétration entre des cultures différentes » (Materne, F. (1995). p. 23). Ramené avec le sentiment de rupture avec son milieu d’origine et au contact avec la nouvelle culture, la personnes expatriée va se construire de « nouvelles références à partir de ses convictions mûries et recentrées par rapport à l’expérience de terrain » (Materne, F. (1995). p. 23)

Source : Phases de l’expatriation

Bienvenue à toutes et à tous

Psychologue diplômée, exerçant en libéral depuis 2012, je propose des consultations à distance : par téléphone et par vidéoconférence.
Exerçant en français, je reçois ainsi régulièrement des expatriés francophones.

Vous pourrez y trouver des informations sur mon site de consultations en ligne :
https://www.psyparinternet.fr/

Ce site-ci est un site consacré à l’expatriation.